Comprendre l’importance des 8 trimestres pour la retraite

Lorsque l’on prépare sa retraite, il est essentiel de bien comprendre le fonctionnement du système de retraite français. Notamment, le concept des trimestres de retraite revient souvent sans être totalement expliqué. Pourtant, acquérir ces trimestres est indispensable pour prétendre à une retraite à taux plein. Dans cet article, nous allons démystifier cette notion de trimestres, expliquer en détail leur rôle, et vous donner toutes les clés pour optimiser vos trimestres afin de vous assurer le meilleur niveau de pension.

Qu’est-ce que les trimestres de retraite ?

En France, la carrière professionnelle des actifs est décomposée en trimestres. Chaque période de trois mois est assimilée à un trimestre, que le salarié ait travaillé de manière continue ou discontinue sur la période. L’objectif est d’acquérir un nombre suffisant de trimestres pour obtenir le pourcentage maximal de la pension de retraite, appelé taux plein. Actuellement, le nombre de trimestres requis est de 172, soit 43 années de cotisations.

Les trimestres s’acquièrent grâce aux cotisations sociales prélevées sur les revenus d’activité. Chaque année travaillée permet donc de valider 4 trimestres. Néanmoins, certaines périodes dites “assimilées” permettent également de les obtenir (chômage, maladie, maternité, etc.). Les trimestres acquis sont comptabilisés sur le relevé de carrière, envoyé à partir de 35 ans par les caisses de retraite.

Bien que tous les trimestres comptent pour le calcul de la pension, les 8 premiers trimestres revêtent une importance particulière. Voyons pourquoi.

Comment les trimestres sont-ils calculés ?

Pour valider un trimestre, il faut avoir travaillé et cotisé sur un salaire minimum. En 2022, le salaire de référence est de 1 668,50 € brut, soit 150 heures payées au SMIC. Si le salarié ne travaille qu’à mi-temps ou quelques heures par mois, il est possible qu’aucun trimestre ne soit validé sur l’année.

Article en rapport :  Comment devenir institutrice à l'école maternelle sans diplôme

Les périodes de chômage indemnisé, de maladie ou de maternité sont équivalentes à des périodes travaillées. Elles permettent donc de valider des trimestres. Pour le chômage et la maladie, il faut avoir travaillé suffisamment avant l’interruption. Pour la maternité, 4 trimestres sont accordés par enfant.

Il existe aussi des majorations de durée d’assurance (4 trimestres par enfant, 8 trimestres maximum) pour le parent qui interrompt ou réduit son activité pour élever l’enfant. Ces dispositifs permettent d’acquérir des trimestres supplémentaires.

Pourquoi 8 trimestres sont-ils importants ?

Bien que le nombre de trimestres requis soit de 172, les 8 premiers trimestres validés ont une réelle importance. En effet, ils conditionnent l’ouverture des droits à pension de retraite et l’accès à certains dispositifs sociaux.

Avec seulement 8 trimestres, même s’ils ont été acquis très jeune, vous pourrez prétendre à :

  • Une pension de retraite à taux plein dès 67 ans
  • L’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) dès 65 ans
  • La prise en charge de vos cotisations maladie et retraite par la CAF si vos revenus sont faibles

Ces 8 premiers trimestres sont donc loin d’être négligeables. Ils peuvent s’avérer cruciaux pour compenser des périodes difficiles (chômage, temps partiel, etc) en fin de carrière. Même modestes, ils ouvrent des droits non négligeables.

Comment vérifier le nombre de trimestres acquis ?

Heureusement, il est très simple de connaître précisément son nombre de trimestres validés. Chaque année, les caisses de retraite (CNAV, MSA, RSI…) envoient à leurs affiliés un relevé de situation individuelle. Ce document recapitule année par année les trimestres obtenus.

Il est possible de le consulter directement en ligne en créant son espace personnel sur le site info-retraite.fr. Toutes les infos sur la carrière y sont centralisées, quel que soit le régime de retraite. N’hésitez pas à vous connecter régulièrement pour suivre votre evolution.

Article en rapport :  Les secrets d'un CV accrocheur : comment vous démarquer dès la première ligne ?

Autre moyen, demander une estimation indicative globale de votre future pension sur le site info-retraite.fr. Le nombre de trimestres acquis et manquants sera affiché dans le résultat.

Enfin, il est possible de contacter sa caisse de retraite par téléphone pour obtenir ces informations.

Que faire si je n’ai pas mes 8 trimestres ?

Ne vous inquiétez pas si à 35, 45 ou 55 ans vous n’avez toujours pas validé ces 8 premiers trimestres. Tout n’est pas perdu, il existe des solutions pour en obtenir. Voici quelques pistes à explorer.

  • Le rachat de trimestres : vous pouvez racheter jusqu’à 12 trimestres de “vide” dans votre carrière, sous conditions. Le coût dépend de votre âge et de vos revenus.
  • La validation des acquis de l’expérience : elle permet de faire reconnaître votre expérience pour obtenir une certification et donc potentiellement des trimestres manquants.
  • L’apprentissage : si vous avez moins de 26 ans, suivre une formation en apprentissage peut vous permettre d’acquérir des trimestres.
  • Reprendre une activité : si vous ne travaillez plus, une reprise même à temps très partiel permettra probablement de valider de nouveaux trimestres.

Bien entendu, plus votre carrière sera longue, plus vos chances d’atteindre les 172 trimestres seront élevées. Mais même tardivement, des solutions existent pour améliorer votre situation.

Comment obtenir des trimestres supplémentaires ?

Outre les solutions précédentes, il est bon de savoir que certaines périodes “assimilées” permettent de se constituer des trimestres bonus.

C’est le cas par exemple pour les parents. La maternité rapporte 4 trimestres par enfant. L’éducation peut également générer jusqu’à 4 trimestres supplémentaires par enfant dans la limite de 8 au total. Ces trimestres sont accordés si l’un des parents cesse ou réduit son activité.

Article en rapport :  Devenir Fustier : missions, salaire et formation

Les périodes de chômage indemnisé sont également validées, à condition d’avoir suffisamment travaillé avant l’interruption. Il en va de même pour les arrêts maladie, les accidents du travail, etc.

Enfin, certains congés (sabbatique, pour création d’entreprise, parental, etc.) sont pris en compte sous conditions. Pensez à vérifier auprès de votre caisse si vous êtes concerné.

Comment optimiser mes trimestres pour la retraite ?

Plusieurs stratégies permettent d’optimiser ses trimestres pour la retraite :

  • Commencez à travailler tôt, même à temps partiel ou l’été, pour acquérir rapidement vos 8 premiers trimestres.
  • Évitez autant que possible les “trous” dans votre carrière.
  • Travaillez suffisamment chaque année pour valider 4 trimestres.
  • Informez-vous sur les périodes assimilées pouvant générer des trimestres.
  • En cas de difficulté, envisagez le rachat de trimestres manquants.
  • Anticipez et faites régulièrement le point sur vos trimestres acquis.

Avec ces bonnes pratiques, vous mettrez toutes les chances de votre côté pour atteindre le Graal des 172 trimestres, et vous assurer ainsi le montant de pension maximal.

Conclusion

Nous l’avons vu, les trimestres de retraite sont un élément central du système français qu’il est essentiel de maîtriser. Notamment, acquérir les 8 premiers trimestres le plus tôt possible présente de multiples avantages.

Heureusement, de nombreux leviers existent pour améliorer son nombre de trimestres tout au long de sa carrière. L’essentiel est de rester informé en consultant régulièrement ses relevés, et d’utiliser à bon escient les dispositifs prévus par la loi.

Avec un peu d’anticipation et ces précieux conseils, vous pouvez aborder votre future retraite avec sérénité. Nous espérons que cet article vous aura permis de mieux comprendre ce en quoi consistent les trimestres, et leur importance cruciale pour votre pension.