Les 3PM aux archives de Lyon

  • Imprimer

Les élèves de Troisième « prépa Métiers » ont réalisé cet article suite à leur première sortie aux Archives municipales de Lyon que nous remercions pour leur accueil.

La sortie est financée par la région Auvergne Rhône Alpes.

L’aventure historique des 3PM

La classe 3PM a découvert les Archives municipales de Lyon.

Archive

Le vendredi 8 octobre 2021, nous sommes partis du lycée Barthélémy Thimonnier pour aller toute une matinée aux Archives municipales de la ville de Lyon, dans le 2e arrondissement. Elles se trouvent à côté de la gare de Perrache. Le bâtiment est très grand et moderne.

Près d’une ancienne carte de Lyon au XVIe siècle accrochée aux murs, notre guide Sophie nous attendait. Elle nous a montré comment se déroule l’arrivée de nouvelles archives, la période de transit dans le dépôt.

Les archives servent à stocker des documents du passé, pour en garder une trace : une archive est un document qui prouve quelque chose, comme un ticket de caisse. Sophie, notre guide, nous a montré par exemple, un registre des conscrits de 1914, un grand cahier donnant des informations personnelles, comme le nom, la date de naissance, le physique, ce que ces hommes au service militaire savaient faire (jouer de la musique, nager, conduire, monter à cheval).

Nous avons eu la chance de visiter ensuite la salle où les archives sont entreposées. On est passé par le sous-sol : il y avait des volants pour changer de rayonnage et une odeur de renfermé. Les archives de Lyon stockent 17 kilomètres d’archives en tout genre (des maquettes de monuments lyonnais très jolies, des cartes, affiches, livres, revues…) conservées avec des conditions précises (température, oxygène dans l’air, luminosité, humidité).

Une dame qui est archiviste a expliqué en quoi consistait son métier, notamment à trier et classer les documents dans des boîtes. Son métier est très important : sans elle, on ne pourrait rien retrouver. Juste après, nous sommes allés dans une pièce où une dame nous a expliqué son métier de restauratrice : il consiste à réparer les archives dégradées comme le papier en parchemin, fait en peau de chèvre, parfois en miettes. Elle utilise alors du papier épais japonais qu’il faut jaunir et de la colle : c’est très important de voir un minimum la restauration. La restauration prend environ trois heures, mais l’une des plus longues a duré un mois ! Pour finir, nous avons fait un passage par la salle de lecture : nous avons examiné la seule archive de L’Arbresle, une veille photographie.

Nous remercions beaucoup notre professeur d’Histoire, Mme Ambraisse, pour nous avoir organisé cette superbe visite très instructive.

AVIS DE LA CLASSE : c’était sympa mais un peu long car nous sommes restés debout. Nous avons appris beaucoup de choses très intéressantes. La guide expliquait très bien.